Facteurs qui influencent la fertilité des hommes

Conçu pour stimuler la fertilité masculine

Facteurs pouvant influencer la fertilité masculine

Il y a trois particularités importantes de la qualité du sperme: le nombre des spermatozoïdes, leur morphologie et leur motilité. Pour que la grossesse se produise, toutes les trois conditions doivent être remplies.

Pour être certain qu'un homme est capable de concevoir, il existe une analyse du liquide séminal, appelée spermogramme.

Le spermogramme décrit le liquide séminal du point de vue des trois caractéristiques ci-dessus et prend parfois en compte d'autres paramètres. Le plus souvent, cependant, sont évalués premièrement:

  • le nombre de spermatozoïdes par unité de volume
  • la morphologie du sperme
  • leur motilité

Un facteur majeur d'infertilité masculine, trouvé dans environ 50% des cas, est le nombre réduit des spermatozoïdes, appelé par les médecins oligospermie. Jusqu'à 90% des cas d'échec sont dus au petit nombre, à la faible qualité ou aux deux. Une mauvaise qualité peut entraîner des malformations des spermatozoïdes, une motilité réduite, des dommages de l'ADN et autres. Dans les autres 10% des cas, il s'agit d'autres facteurs qui incluent, par exemple, des problèmes anatomiques, des déséquilibres hormonaux, des défauts génétiques ou parfois des facteurs non élucidés.

Dans le cas où le spermogramme n'est pas dans les paramètres normaux, une autre analyse du liquide séminal, appelée culture de sperme, est faite. La culture de sperme vise à identifier l'existence possible d'une infection dans les testicules, ce qui pourrait expliquer la modification de ces paramètres.

Discutons maintenant sur les autres facteurs qui peuvent influencer la fertilité des hommes.

L'âge des hommes ne joue pas un rôle très important en matière de fertilité. Contrairement aux femmes, qui naissent avec une quantité fixe d'ovules qui vieillissent avec le temps, les hommes produisent constamment de nouveaux spermatozoïdes après la puberté. De plus, la diminution de la qualité du sperme chez l'homme se produit à un âge beaucoup plus avancé, et en règle générale ne pose pas des problèmes avant l'âge de 60 ans.

Bien qu'ils ne soient pas aussi soudains ou visibles que les changements dont les femmes se confrontent, il existe un certain nombre de changements dans la fertilité et la fonction sexuelle chez les hommes à mesure qu'ils vieillissent, mais il n'y a pas de limite d'âge à laquelle l'homme peut procréer.

Chez les hommes âges, les testicules ont la tendance de rétrécir et de perdre leur fermeté, et la morphologie (forme) et la motilité (le mouvement des spermatozoïdes) ont tendance à diminuer, avec une légère augmentation du risque des défauts génétiques de leur sperme. Les hommes plus âgés peuvent en outre développer des maladies qui affectent négativement leur fonction sexuelle et reproductive.

Le sperme d'un homme âgé a un potentiel de fertilisation de l'ovule réduit par rapport à celui d'un homme plus jeune, mais si fertilisation de l'ovule se produit il n'y a pas des preuves sur la qualité précaire de l'embryon corrélée avec l'âge de l'homme.

Il est aussi important pour les hommes que pour les femmes
d'améliorer leur style de vie avant la conception

La nutrition

De plus en plus recherches montrent que la fertilité est liée à l'état de santé des deux partenaires du couple. Passer à une alimentation saine et équilibrée est le premier pas à faire. Il y a quelques éléments nutritifs clés qui influencent directement la fertilité masculine.

  • Le zinc est un nutriment important pour sa contribution à la production du sperme et de la testostérone chez l'homme, qui influence à la fois la qualité et la quantité de sperme produit. Par conséquent, les hommes (ce qui est valable également pour les femmes) devraient consommer chaque jour une dose de 15 mg de zinc. Cette dose peut être obtenue naturellement à partir des légumes, oeufs, grains entiers, noix, graines de tournesol, melon et fruits secs. Le zinc peut être également extrait d'oignons, de betteraves rouges, de pois et d'haricots.
  • La vitamine C aide à prévenir l'agglutination du sperme et augment le nombre de spermatozoïdes. La vitamine C peut être obtenue en consommant des légumes et des fruits, en particulier des fraises, des oranges, du kiwi, de la mangue et des bleuets.
  • La vitamine E augmente la quantité et la qualité du liquide séminal, en particulier lorsqu'elle est associée au sélénium. La vitamine E peut être obtenue naturellement en consommant de l'huile de poisson, de légumes à feuilles vertes, des noix, des jaunes d'oeufs, de grains entiers et d'huiles non raffinées.
  • Le sélénium se trouve dans les oeufs, le blé entier, les carottes, les champignons, le thon et le brocoli.
  • Les acides gras oméga-3 augmentent la qualité du liquide séminal et la viabilité des spermatozoïdes.
Tous ces nutriments ont été corrélés à la production saine de spermatozoïdes. Les hommes devraient en consommer les doses quotidiennes recommandées

 

ProFecund B stimule la fertilité masculine et soutient la normalisation
de la fonction reproductrice masculine à travers plusieurs mécanismes

Le poids

Le surpoids peut affecter la fertilité d'un homme. Si vous envisagez de concevoir un bébé à l'avenir, une alimentation saine et les exercices réguliers peuvent stimuler la fertilité. Pour augmenter les chances que votre partenaire tome enceinte et d'avoir un enfant sain, commencez maintenant un régime alimentaire sain et un programme d'exercices réguliers.

Une évaluation ordinaire par laquelle une personne est définie comme "en surpoids" ou "obèse" est l'indice de masse corporelle (IMC). Celui-ci est calculé en divisant le poids (exprimé en kilogrammes) par le carré de la taille e la personne concernée, exprimée en mètres. Un IMC sain est considéré entre 18. 5 et 24. 9. Un IMC entre 25 et 29. 9 est le signe de "surpoids", et un IMC supérieur à 30 vous qualifié dans la catégorie "obèse".

Les hommes en surpoids et obèses ont une qualité inférieure du sperme par rapport à ceux avec un poids normal. "La qualité" de surpoids ou d'obésité peut également provoquer des modifications hormonales qui réduisent la fertilité et la libido. Les personnes en surpoids sont d'autant plus susceptibles d'avoir des dysfonctions érectiles. La graisse supplémentaire sur les cuisses et dans la région génitale d'un homme obèse rend les testicules plus proches de la température du corps et de se surchauffer, en diminuant ainsi la production du sperme. Tous ces facteurs ensemble réduisent les chances que les hommes en surpoids ou obèses deviennent des pères.

L'insuffisance pondérale aussi peut réduire la qualité du sperme d'un homme et donc sa fertilité. Les personnes ayant un IMC inférieur à 18,5 sont classifiés comme ayant une "insuffisance pondérale".

Le tabagisme

Les fumeurs de sexe masculin ont besoin de plus de temps pour concevoir que les non-fumeurs et sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de fertilité. Parce que le tabagisme affecte le matériel génétique des ovules et du sperme, les taux de fausses couches et de bébés nés avec des malformations congénitales sont plus élevés chez les couples qui fument.

Les fumeurs peuvent avoir une qualité faible du sperme, un nombre de spermatozoïdes inférieur, une motilité réduite et un nombre accru de spermatozoïdes anormaux. Le tabagisme peut également réduire la capacité de spermatozoïdes à féconder l'ovule.

Chez les hommes, les composants toxiques de la fumée de cigarette affectent trois éléments essentiels: la vascularisation locale, l'innervation locale et un facteur catalytique, une enzyme qui agit dans les vaisseaux péniens, ce qui conduit à la formation du principale médiateur de l'érection - le monoxyde d'azote. Le risque d'infertilité chez les fumeurs peut être deux fois plus élevé que chez les non-fumeurs.

Les produits chimiques du tabac peuvent endommager l'ADN du sperme, que la nature peut rejeter pour la fertilisation. Si la fécondation se produit quand même, le liquide séminal endommagé peut augmenter le risque de fausse couche.

L'alcool

Il y a peu de preuves scientifiques sur la manière dont la consommation faible à modérée d'alcool affecte la fertilité des hommes. Les gens ont souvent du mal à déclarer précisément leur consommation d'alcool et il est difficile de mener une recherche qui isole l'impact de l'alcool en tant que facteur l'influence sur la fertilité.

Non seulement les femmes doivent faire attention à la consommation d'alcool lorsqu'elles essaient de concevoir un enfant. La consommation d'alcool réduit également la fertilité des hommes; elle peut provoquer l'impuissance ou diminuer la libido et affecter la qualité du sperme. L'alcool peut réduire le niveau de la testostérone chez les hommes, entraînant une baisse de la libido. Il peut également affecter la qualité, la structure et la motilité du sperme, en empêchant la métabolisation correcte de la vitamine A dans le foie, la vitamine nécessaire au développement des spermatozoïdes. L'alcool diminue le niveau de zinc de l'organisme, un autre élément extrêmement important pour assurer les fonctions reproductives.

La recommandation actuelle est ne de pas dépasser une consommation quotidienne de trois à quatre unités d'alcool par jour. Consommé dans ces limites, il est peu probable que l'alcool influence la qualité de votre sperme. Tenez compte du fait qu'une unité est l'équivalent d'une demi-pinte de bière, d'un verre de vin ou d'une mesure de 25 ml de boissons spiritueuses.

De nombreux effets de l'alcool sur la reproduction sont temporaires et le système reproducteur redeviendra normal lorsque la consommation d'alcool cessera. Mais une consommation excessive et régulière d'alcool peut entraîner de graves problèmes d'infertilité pour les hommes et les femmes. Cela comprend également la consommation excessive d'alcool pendant l'adolescence ou la petite enfance. Chez les hommes, une consommation excessive d'alcool à long terme peut entraîner une carence en testostérone et une diminution des testicules. Cela peut provoquer l'impuissance, la stérilité, une augmentation des seins, une perte de poils du visage et du corps et une augmentation de la graisse autour des hanches.

Les exercices physiques

Les exercices physiques d'intensité modérée ou même élevée augmentera la fonction érectile chez les hommes et aidera à prévenir son déclin avec l'âge. De plus, ils peuvent augmenter le nombre de spermatozoïdes, donc les chances de conception.

De nouvelles études montrent une relation entre la fertilité masculine et l'exercice. Les scientifiques ont constaté que les hommes qui pratiquaient un entraînement physique modéré (une heure d'exercice, trois fois par semaine) avaient des résultats meilleurs lors de l'analyse du liquide séminal que ceux qui avaient des programmes d'exercices intensifs.

Certaines des dernières découvertes en matière de fertilité montrent que l'exercice régulier d'intensité moyenne peut agir comme antioxydant, car il apprend le corps à améliorer la production d'enzymes antioxydants. Cependant, lorsque l'effort est extrêmement intense ou nous ne laissons pas assez de temps pour que le corps se répare, une dégradation cellulaire peut se produire à la suite du stress oxydatif.

Le stress

Comme on a déjà dit, chez les hommes, tout comme chez les femmes, des recherches récentes montrent que le stress augmente les niveaux d'hormones de stress, comme l'adrénaline, la noradrénaline et le cortisol. Il peut inhiber la sécrétion de l'hormone de libération des gonadotrophines, la GnRH, la principale hormone responsable de la libération des hormones sexuelles. Plus tard, il peut supprimer l'ovulation chez les femmes, et chez les hommes il réduit le nombre de spermatozoïdes, et chez les partenaires des deux sexes il provoque une diminution de la libido.

L'effet du stress sur la fertilité masculine a été évalué dans une étude dont les résultats ont été publiés en 2014. Elle a envisagé la relation entre l'expérience de deux épisodes stressants ou plus au cours de la dernière année et la motricité, la forme et la concentration du liquide séminal. Il a été constaté que les hommes stressés produisent des concentrations inférieures et les spermatozoïdes présentaient souvent des défauts morphologiques ou avaient une motilité plus réduite. Ce qui est intéressant, il a été constaté que ces effets négatifs étaient amplifiés par les événements stressants de la vie des individus, tandis que le stress au travail ne semblait pas être lié à la qualité du sperme. En revanche, le stress au travail a été associé à une diminution des niveaux de testostérone, ce qui peut affecter la santé de l'appareil reproducteur.

La diminution de la fertilité en général causée par le stress est devenue un problème tellement courant qu'elle a également reçu un nom spécifique: dysfonctionnement reproductif induit par le stress.

Que pouvez-vous faire, que vous soyez un homme ou une femme, pour lutter contre le stress supplémentaire de vouloir avoir un bébé et de ne pas pouvoir d'avoir? Voici quelques choses que vous pouvez essayer (et qui fonctionneront encore mieux si elles sont respectées par les deux partenaires):
1. Informez-vous. Engagez un dialogue avec votre médecin, en essayant de comprendre les possibilités réelles de tomber enceinte, les traitements que votre médecin vous prescrit et leurs effets potentiels sur les problèmes de fertilité que vous avez. Faites-le avec votre partenaire, travaillez en équipe contre l'infertilité.
2. Cherchez un thérapeute, un spécialiste (psychologue ou psychiatre) préparé à aider les personnes ou les couples ayant des problèmes de fertilité. Ce type de thérapie, appelée cognitivo-comportementale, non seulement atténue l'anxiété entourant de phénomène de l'infertilité, mais peut également augmenter les chances d'une grossesse.
3. Arrêtez de vous blâmer. L'infertilité n'est pas votre faute. Même si vous vous êtes confrontés à l'un des facteurs ci-dessus décrits, il y en a beaucoup d'autres, inconnus, qui influencent également les personnes les plus consciencieuses et fonctionnels parmi nous, en termes de santé. Il n'y a pas de pilule magique pour soulager le stress, alors acceptez-le, comprenez-le et pardonnez-le. En fin de compte, si c'était l'une des principales causes de l'infertilité, aucun couple à l'époque moderne ne concevrait un enfant.
4. Méditez et respirez. Trouvez pour cela quelques minutes chaque jour de votre vie, pleine de stress au travail, à la maison et dans la salle d'attente du cabinet pour les traitements de l'infertilité. Il y a même des applications téléphoniques pour la gestion du stress. Si l'anglais (ou l'espagnol) n'est pas un problème, nous vous recommandons d'essayer celle spécialement conçu pour les personnes ayant des problèmes de fertilité, appelée FertiCalm.
5. Essayez l'acupuncture. Des séances d'acupuncture régulières augmentent le flux sanguin, stimulent le système immunitaire et la sécrétion d'endorphines (les hormones qui inhibent les signaux de douleur) et de sérotonine (un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans l'installation du sommeil, lutte contre la dépression et l'anxiété). De plus, ces séances réduisent considérablement le niveau de stress.
6. Dormez! Rien ne peut remplacer un bon sommeil, car le corps doit récupérer chaque nuit. Faites quand même attention: un sommeil de qualité signifie si possible pas de lumière, pas de bruit et pas d'interruption, si possible.
7. Mangez sainement - le plus souvent une alimentation équilibrée, accompagnée par un programme d'exercices physiques, non seulement vous aide à maintenir votre IMC dans la zone sûre, mais augmentera également vos chances de tomber enceinte. D'autre part, n'augmentez pas votre stress en adhérant strictement à un tel plan. Permettez-vous de temps en temps de manquer une séance dans la salle de fitness ou de manger une belle assiette de pommes de terre à parmesan. Mais pas tout le temps...

p

In final, insa, poate, mai important decat toate punctele de mai sus, daca treci prin acest proces de lupta cu infertilitatea alaturi de o/un partener(a), nu uita de ea/el. Sa stii ca trece si el aproape prin aceleasi framantari ca si tine. Impartasirea acestor framantari intre cei doi parteneri si/sau cu un terapeut poate reduce considerabil stresul infertilitatii.

Si vous êtes un homme, vous ne savez peut-être pas grand-chose de ce que votre partenaire peut vous dire sur le moment le plus approprié du mois pour concevoir un enfant. Vous ne savez peut-être même pas qu'il existe une telle chose! Si vous ouvrez une discussion sur ce sujet, elle peut être très intéressante.

Mais comme le rôle de la synchronisation dans la conception d'un enfant est primordial, informez-vous.

Même si les problèmes masculins les plus courants qui interfèrent avec la fertilité sont liés au sperme, il est également important de tenir compte des problèmes potentiels de comportement sexuel, tels que la dysfonction érectile ou l'éjaculation, le manque de désir sexuel causé par la dépression ou l'utilisation des médicaments. Le 90% des cas d'infertilité masculine sont dus à une insuffisance de liquide séminal libéré, à sa qualité précaire et seulement après aux problèmes anatomiques, aux déséquilibres hormonaux et aux défauts génétiques.

La production de sperme

La plus fréquente cause d'infertilité masculine est liée à la production de sperme dans les testicules. Soit un petit nombre de spermatozoïdes sont produits, soit les spermatozoïdes produits ne fonctionnent pas correctement, soit les deux situations se produisent. Les spermatozoïdes avec une forme anormale ne peuvent pas pénétrer et féconder un ovule. Les spermatozoïdes à motilité réduite, qui ne bougent pas bien, ne peuvent pas atteindre l'ovule. Sans un nombre suffisant de spermatozoïdes sains, les chances de fécondation sont réduites.

Environ les deux tiers des hommes infertiles ont un problème de production de sperme. Les causes des troubles de la production de spermatozoïdes peuvent inclure un défaut génétique, des infections, un traumatisme testiculaire, des déséquilibres hormonaux, une exposition aux rayonnements et à certains médicaments, une torsion (torsion des testicules dans le scrotum), une chaleur excessive, une varicocèle (varices dans les testicules), des problèmes de prostate, vasectomie. Parfois, la cause ne peut pas être détectée.

La thérapie de remplacement de la testostérone (par voie orale, injectable ou topique) réduit considérablement ou modifie complètement la production de sperme.

Lors du contrôle médical, après l'anamnèse et l'évaluation physique, le médecin vous demandera un spermogramme, c'est-à-dire une analyse du liquide séminal, pour évaluer le sperme. Si les résultats de l'analyse sont normaux, il vérifiera l'existence d'un déséquilibre hormonal (testostérone, etc.) ou des défauts génétiques.

Le transport de sperme

Les blocages ou les obstructions dans les tubes conducteurs de sperme des testicules au pénis peuvent provoquer une absence totale de spermatozoïdes dans le liquide séminal éjaculé. En termes de fréquence, c'est la deuxième cause principale d'infertilité masculine et touche environ un homme infertile sur cinq, y compris ceux qui ont subi une vasectomie, mais qui souhaitent maintenant avoir d'autres enfants. Les causes qui produisent un problème obstructif dans le système reproducteur masculin comprennent le tissu cicatriciel formé après une chirurgie ou une infection. Les varices qui se développent dans les testicules peuvent également interférer avec le transport des spermatozoïdes. Certains défauts structurels peuvent être congénitaux (présents à la naissance).

Si un problème structurel est diagnostiqué, la chirurgie en peut être la solution. Si la chirurgie ne résout pas le problème, il est possible d'extraire le sperme directement des testicules, pour une utilisation dans une procédure de fécondation humaine assistée, telle que la fécondation in vitro.

Les déséquilibres hormonaux

Chez environ 1% des hommes infertiles, le problème est dû au faible niveau d'hormones qui agissent sur les testicules, produites par l'hypophyse. Une faible production d'hormone folliculo-stimulante (FSH) et d'hormone lutéinisante (LH) peut affecter les niveaux de testostérone dans les testicules et entraîner une baisse de la production de sperme. Les problèmes hormonaux les plus courants sont les tumeurs hypophysaires ou les problèmes de développement de l'hypophyse, qui conduisent à un faible niveau de FSH et de LH.

Des niveaux de testostérone très bas affectent également la fertilité masculine, ainsi qu'un excès de prolactine, qui inhibe les hormones gonadotropes, entraînant de faibles niveaux de LH et de testostérone.

Les déséquilibres hormonaux qui entravent le développement et la maturation des spermatozoïdes peuvent provoquer des problèmes de fertilité. Les testicules peuvent ne pas être sensibles aux stimuli hormonaux et peuvent ne pas recevoir de signaux pour stimuler la production de sperme. Des problèmes hormonaux peuvent être présents à la naissance ou se développer plus tard. Même les exercices physiques excessifs, la malnutrition ou une maladie peuvent provoquer des déséquilibres hormonaux, affectant la fertilité.

Anticorps anti-spermatozoïdes

Les anticorps anti-spermatozoïdes sont produits par certains hommes lorsque leur système immunitaire réagit à leur propre sperme comme s'il s'agissait d'un tissu étranger. Par exemple, environ quatre hommes sur cinq développent des anticorps anti-spermatozoïdes après une vasectomie.

Chez la plupart des hommes, les anticorps anti-spermatozoïdes ne causent pas de problèmes et n'affectent pas les chances de concevoir. Cependant, pour certains d'eux, les anticorps anti-spermatozoïdes peuvent réduire la fertilité par la réduction du nombre de spermatozoïdes dans le liquide séminal, l'agglutination des spermatozoïdes, ce qui réduit la motilité des spermatozoïdes, les empêchant d'avancer vers l'ovule ou en empêchant le sperme d'adhérer à l'ovule et de le fixer à l'ovule et de le pénétrer pour la fécondation.

Les anticorps anti-spermatozoïdes n'affectent pas la santé générale de l'homme et ne donnent aucun symptôme signalant leur présence. On trouve des anticorps anti-spermatozoïdes chez environ 1 homme infertile sur 16.

Maladies sexuellement transmissibles

Les infections sexuellement transmissibles, en particulier la gonorrhée et la chlamydia, peuvent affecter tant la fertilité féminine que celle masculine. Il n'y a qu'une seule façon d'éviter une infection sexuellement transmissible. En fait, il y en a deux, mais le second implique l'abstinence totale. Par conséquent, il est préférable d'avoir des relations sexuelles protégées en utilisant un préservatif, et lorsque vous êtes prêt à avoir une famille, les deux parties peuvent être testées pour les maladies sexuellement transmissibles, afin d'éviter de transmettre l'infection à l'autre partenaire ou à l'enfant.

La chlamydia est une infection bactérienne très courante qui peut toucher toute personne ayant des relations intimes non protégées. On estime qu'au moins 75% des femmes et 40% des hommes ne présentent aucun symptôme. De plus, comme les symptômes de Chlamydia peuvent être similaires à ceux d'autres affections, tells que la candidose ou la cystite, ils peuvent être négligés. S'ils se produisent, les symptômes peuvent inclure un écoulement inhabituel du pénis, une sensation de brûlure ou une douleur pendant la miction, des démangeaisons ou une irritation autour de l'ouverture du pénis, une douleur ou une sensibilité aux testicules.

La chlamydia provoque une inflammation de l'urètre. Si elle n'est pas traitée, l'infection peut atteindre l'épididyme (les tubes qui transportent le liquide séminal). Cela peut provoquer des douleurs et des cicatrices. Chez l'homme, l'infection à Chlamydia peut avoir des conséquences graves sur l'appareil reproducteur: troubles des testicules ou des voies urinaires. Si elle n'est pas traitée, la personne peut rester stérile. L'infection à Chlamydia est traitée avec des antibiotiques.

La gonorrhée est une infection bactérienne qui affecte généralement la région génitale, bien que le col ou l'anus puissent être également affectés. La gonorrhée peut affecter les hommes et les femmes et se transmet facilement lors des rapports sexuels, qu'ils soient vaginaux, anaux ou oraux.

La gonorrhée infecte généralement l'intérieur du pénis (urètre). Les symptômes peuvent inclure une sensation de brûlure pendant la miction, l'élimination d'un pus blanc ou jaune du pénis, un gonflement et une douleur dans les testicules, qui peuvent survenir si la gonorrhée n'est pas traitée. Certains hommes ne présentent aucun symptôme.

La gonorrhée peut endommager l'épididyme (les tubes qui transportent le sperme), empêchant le liquide séminal de quitter les testicules par l'éjaculation.

La gonorrhée est traitée avec des antibiotiques. Les hommes qui ne traitent pas leur gonorrhée courent le risque que l'infection se propage jusqu'à l'urètre, où elle peut infecter la prostate, les vésicules séminales, les grandes de Cowper et l'épididyme, où une blessure douloureuse peut se former, ce qui provoquera de la fièvre avec des frissons. Si la plaie est guérie, l'homme peut par la suite affronter les problèmes de fertilité.

Traitements médicamenteux

Certains médicaments peuvent avoir un impact négatif sur la fertilité masculine et doivent être évités si possible. Si vous prenez tout type de médicament, vous devez en discuter avec votre médecin et vérifier s'il influence la fertilité. Cela est particulièrement vrai si vous prenez des médicaments à long terme contre le cholestérol, des problèmes cardiaques, une pression artérielle élevée ou toute autre maladie chronique.

Certains médicaments peuvent avoir des effets secondaires, entraînant des tensions nerveuses et provoquant des problèmes psychologiques: stress, instabilité émotionnelle et anxiété.

Voici une liste de médicaments et traitements médicaux connus pour avoir un effet négatif sur la fertilité masculine:

  • Tagamet (cimétidine, un médicament utilisé pour traiter l'hyperacidité gastrique), sulfasalazine (anti-inflammatoire utilisé dans les troubles auto-immunes), nitrofurantoine (antibiotique). Ces médicaments réduisent considérablement le nombre de spermatozoïdes
  • Stéroïdes anabolisants, dont la prednisone et la cortisone: après une consommation prolongée, ils réduisent la quantité du liquide séminal et sa motilité et peuvent même provoquer un rétrecissement testiculaire.
  • • Chimiothérapie et radiothérapie: diminuent la production de sperme et peuvent provoquer la stérilité.